Archive

Posts Tagged ‘Radio-Canada’

Non-Verbal Communication: When feminists deny its existence.

août 6, 2013 2 commentaires

Mehrabian pieLast week, a mini-scandal erupted when Guy Fournier, former head of the French-language CBC, commented on a television interview that occurred the day before, in which Jean-François Mercier (a funnyman) put his hand on Pénélope McQuade’s knee (who is the host of the show) on two separate occasions.  On this second instance, Ms. McQuade clearly warned Jean-François Mercier that it was the second time he touched her.  Following the interview, that apparently he had not seen, but decided to comment on, Mr. Fournier had the following comments [1]:

“Pénélope is never dressed like a nun. […]  Despite the generous display they give us with their charms, particularly in summer, most young women today are indignant as soon as we notice them or that male gazes become more insistent”

“Who do these women display all their assets for?  Themselves?  I’d be surprised…Especially not to attract the attention of other women, who are generally very critical and stingy with compliments for each other.  Therefore, it’s to get noticed by men, which is in perfect accord with the genetics of the species.  But why play the victim as soon as a man takes the bait, as soon as he raises a curious eye or risks a compliment, as awkward as it can be?”

I don’t want to comment on the event itself, however, but rather on the subsequent reaction, which is much more interesting.

Pénélope McQuade responded to those comments on her Facebook page[2], which were then repeated in some media outlets, including Radio-Canada.  Among her comments, she said that:

“That my legs were bare, so be it, but that they have a direct cause and effect link…What the hell is that?!  This is when it becomes dangerous.  No, Mr. Fournier, that my legs were bare does not give permission to touch them.  No, Mr. Fournier, cleaveage does not give the right to stare into it either.  No, Mr. Fournier, a scantily dressed woman, according to your criteria, contributes NOTHING to the, rude, vulgar, violent of even criminal acts by individuals who cannot manage what is theirs to manage.  No, Mr. Fournier.”

The following day, July 26th, Lise Ravary (a news commentator/blogger for the most popular newspaper in the province), in her blog, went over the top by writing a piece dedicated to Ms. McQuade, to criticize the “sexist remarks” made by Guy Fournier.  At the same time, she launched a salvo directly at me, by mentioning a Facebook comment I put on her wall back on July 22nd.[3]

“Last week, in reaction to one of my blogs, a young moron published a long comment to the effect that rape is unacceptable, disgusting, yes, but that women do not help their case by showing more skin than clothing, that clothing is a factor that can attract a rapist, that the victim’s behaviour contributes in being chosen as a target, and I won’t mention the best ones.”

Non-verbal communication

 

However, all I did was remind everyone that non-verbal communication also has its importance.  I admit having been rather direct in my comments, but it does not change the fact that what I wrote is based on empirical evidence.

In what are Guy Fournier’s words sexist and retrograde?  Evidently, it is not Politically Correct, but the fact remains that what he said is essentially true.  Whoever possesses a basic grasp of Evolutionary Psychology can easily demonstrate that it’s the case.

To begin, it seems that Ms. Ravary and McQuade, like all militant feminists, ignore the very existence of non-verbal communication.  If a woman’s clothing has no influence…and cannot influence another person’s behaviour, I should then be able to show up for a job interview dressed in ruined jeans and a dirty t-shirt.  According to the feminist argument (which is also shared by the mass media) , the HR person should not interpret anything from this clothing during his final evaluation and therefore, should treat this candidacy on the same level as another where the candidate showed up in a suit and tie.

Let’s take an extreme example;  If I decide to show up at the Saint Jean-Baptiste festivities dressed in a Captain Canada costume, Ms. McQuade and Ms. Ravary’s argument supposes that there is no chance whatsoever that my appearance might raise the risk of being the victim of a physical aggression.

As you can see, a few small analogies can prove that this opinion does not hold any validity in the real world.  Non-verbal language, which clothing is a part of, communicates much more information than spoken language, or even the tone and attitude we have.  Despite the fact that the results of Mehrabian’s studies[4] are not an effective barometer to determine the importance of each form of communication, it is still evident that non-verbal  is more important and supplants verbal communication when interacting with people.

A study in evolutionary psychology, called “Appearance and success”, mentions this link between clothing and behaviour, while citing a multitude of other studies that demonstrate this is the case in many fields of activity.[5]  For example, it has been proven that red and black can increase sexual attraction, by influencing the behaviour of those who wear it, as well as those who see it being worn.  Also, female attraction towards males wearing red is linked to the perception of higher status.

So we know that the color and style of clothing can incluence the behaviour of others, but if we listen to the feminist dogma that our media tries to pass for reality, we should include a single exception in the case of women’s clothing.  Why would non-verbal communication not apply for a woman who dresses in a suggestive fashion, for instance by wearing a sleeveless black dress that stops at mid-thigh, with cleaveage going down to the solar plexus?

Obviously, like Lise Ravary, a good number of feminists will criticize this text, calling me a moron, or using other, more hurtful epithets, because I dare defy the established dogma.  Should I remind them that insult is the last refuge of those who possess no arguments?  Ms. Ravary did not mention in her blog post that she never responded to any of my points, instead attacking me personally and blocking me off her account.  She also did not mention that immediately after doing so, she tweeted the Montreal Police’s twitter account to advise them that I was “indirectly but clearly defending rapists” and asking them if the police would be interested in following up on that.[6]

I do not condone sexual offenders, and I do not defend them either.   A sexual assault is a disgusting act that is never justified.  But by teaching our girls that their behaviour and clothing has absolutely no impact on the statistical probability of being a victim of such an assault, we’re making the problem worse.  It is said that the rapist is entirely responsible of the fact that he acted upon his impulses.  I agree wholeheartedly, but it is also everyone’s responsibility to not expose themselves as potential victims by having the appropriate behaviour.  If you walk down a dark alleyway at 2am, your chances of being the victim of an assault of some sort increases massively.  If you find suddenly find yourself in the “wrong neighbourhood” and you wear the “wrong colored clothes” it’s the same thing.  If you’re a woman and you’re dressed sexy, you will attract the eyes and hands of men, and you increase the risk of attracting the attention of a rapist…It’s just a question of common sense.

So, Ms. Ravary and McQuade, non-verbal communication exists and influences the behaviours of others, despite your heartfelt wish that it should not be the case.  But you should also know that between what should be, and what is, there is a world of differences…

[1] http://www.radio-canada.ca/nouvelles/arts_et_spectacles/2013/07/26/001-fournier-mcquade-jdm.shtml

[2] https://www.facebook.com/PenelopePageOfficielle

[3] http://blogues.journaldemontreal.com/liseravary/actualites/chere-penelope/

[4] http://www.la-communication-non-verbale.com/2013/02/le-verbal-le-para-verbal-et-le-non.html

[5] http://www.epjournal.net/wp-content/uploads/EP10782801.pdf

[6] http://picpaste.com/pics/240d06437e7d5eb8c00aed2735c82f9e.1375614881.PNG

Publicités

Communication non-verbale: Quand les féministes ignorent son existence,

août 6, 2013 3 commentaires
Le tableau de Mehrabian

Le tableau de Mehrabian

La semaine dernière, un mini scandale a eu lieu quand Guy Fournier, ancien patron de Radio-Canada, a commenté une entrevue qui avait eu lieu la veille, lors de laquelle Jean-François Mercier a mis la main sur le genou de Pénélope McQuade à deux reprises. Lors de la 2e instance, Madame McQuade a clairement averti Jean-François Mercier que c’était la deuxième fois qu’il la touchait. Suite à cette entrevue, qu’apparemment il n’a pas vue mais qu’il a décidé de commenter, voici ce que M. Fournier a dit [1] :

« Pénélope n’est jamais vêtue comme une religieuse.  […]  Malgré le généreux étalage qu’elles font de leurs charmes, particulièrement l’été, la plupart des jeunes femmes d’aujourd’hui s’insurgent ou s’indignent dès qu’on les remarque ou que les regards masculins se font plus insistants.»

« Pour qui donc ces femmes déploient-elles tous leurs atours? Pour elles-mêmes? Ça m’étonnerait… Sûrement pas pour attirer l’attention des autres femmes, qui sont en général très critiques et très avares de compliments les unes envers les autres. C’est donc pour se faire remarquer des hommes, ce qui est tout à fait en accord avec la génétique de l’espèce. Mais pourquoi jouer les offensées dès que l’homme mord à l’appât, dès qu’il ose un œil plus curieux ou risque un compliment, si maladroit soit-il? »

Je ne veux donc pas commenter l’évènement en tant que tel, mais plutôt la réaction subséquente, qui est vastement plus intéressante.

Pénélope McQuade a répondu à ces propos sur sa page Facebook [2], qui ensuite ont été repris dans quelques médias, incluant Radio-Canada.  Parmi ses propos, elle disait que :

« Que mes jambes aient été dénudées, soit, qu’elles établissent un lien direct de cause à effet… Quessé ça ?! Et c’est là que ça devient dangereux. Non monsieur Fournier, des jambes dénudées ne donnent pas le droit de les tripoter. Non monsieur Fournier, un décolleté ne donne pas non plus le droit d’y plonger. Non monsieur Fournier, une femme peu vêtue, selon vos critères, ne contribue EN RIEN aux comportements d’autrui, comportements déplacés, vulgaires, violents, voire criminels d’individus qui ne peuvent gérer ce qui leur appartient de gérer. Non monsieur Fournier. »

Le lendemain, 26 juillet, Lise Ravary, dans son blogue du Journal de Montréal, a sauté aux barricades en écrivant un texte dédié à Pénélope McQuade, pour critiquer les « propos rétrogrades » de Guy Fournier. En même temps, elle y est allée d’une salve envers moi-même, en mentionnant une conversation Facebook que j’ai eue sur son mur le 22 juillet [3]:

« La semaine dernière, en réaction à un de mes blogues, un jeune zouf a publié un long commentaire à l’effet que le viol est inacceptable, dégueulasse, oui, mais que les femmes n’aident pas leur cause en exhibant plus de peau que de vêtements, que l’habillement est un facteur aggravant qui attire le violeur, que le comportement des victimes contribue à ce qu’elles soient choisies comme cibles, et j’en passe de meilleures. »

Communication non-verbale

Pourtant, tout ce que j’ai fait était de rappeler que la communication non-verbale a son importance. J’admets avoir été un peu direct dans mes commentaires, mais n’empêche que tout ce que j’ai dit est basé sur des faits prouvés.

En quoi est-ce que les propos de Guy Fournier sont-ils rétrogrades et sexistes? Évidemment, ce n’est pas « politiquement correct », mais il en demeure que ce qu’il disait est quand même véridique.  Quiconque avec une connaissance élémentaire de la psychologie évolutionnaire peut facilement démontrer que c’est le cas.

En premier lieu, il semblerait que Mesdames Ravary et McQuade, comme toutes les féministes militantes, semblent ignorer l’existence de la communication non-verbale. Si l’habillement d’une femme n’a aucune influence sur le comportement d’autrui, tel que ces dames s’évertuent à nous faire croire comme étant l’évidence-même, je devrais donc pouvoir me présenter à une entrevue pour un emploi de bureau habillé en jeans troués et avec un t-shirt tout crotté.  Selon l’argument des féministes (qui est également véhiculé dans nos médias de masse), la personne qui effectue l’entrevue ne devrait rien interpréter de cet habillement lors de son évaluation finale et donc, traiter cette candidature au même niveau qu’une autre où le candidat s’est présenté en tenue de ville.

Prenons un exemple plus extrême; dans le cas où je décide de me présenter aux festivités de la Saint Jean-Baptiste costumé en Capitaine Canada, l’argumentation de mesdames McQuade et Ravary suppose qu’il n’y a aucune chance que mon habillement accentue le risque que je sois victime d’une agression physique.

Comme vous pouvez voir, quelques petites analogies bien simples permettent de démontrer que cette opinion n’a absolument aucune validité dans le monde réel. Le langage non-verbal, dont l’habillement fait partie, communique beaucoup plus que le parlé, ou même les intonations que l’on emploie. Malgré que les études de Mehrabian [4] (voir l’image attachée à ce billet) sur les trois types de langage ne soient pas une représentation fidèle de l’importance de chacune des trois formes de communication, il en demeure évident que le non-verbal est très important et supplante le langage verbal lors d’une interaction entre individus.

Une étude en psychologie évolutionnaire, intitulée « Appearance and success », fait mention du même lien entre les vêtements et le comportement d’autrui, tout en citant une multitude d’études qui ont démontré que c’est effectivement le cas dans plusieurs sphères d’activité [5]. Par exemple, il a été démontré que le rouge et le noir peuvent accentuer l’attirance sexuelle, en influençant le comportement de celui qui le porte et de ceux qui le voient. Aussi, l’attraction féminine envers les hommes vêtus de rouge est liée à la perception d’un statut social élevé.

Donc on sait que la couleur et le style vestimentaire influencent le comportement des autres, mais si l’on écoute le dogme féministe que nos médias tentent de faire passer pour la réalité, il faudrait y inclure une seule exception dans le cas de l’habillement des femmes. Pourquoi est-ce que la communication non-verbale ne s’appliquerait pas dans le cas d’une femme qui s’habille de manière suggestive, par exemple en portant une robe noire qui descend à mi-cuisse, sans manches, avec un décolleté qui va jusqu’au plexus solaire?

Évidemment, comme Lise Ravary, plusieurs féministes vont critiquer ce texte, en me traitant de « zouf », ou en faisant usage d’épithètes plus insultantes, parce que j’ose défier le dogme établi. Devrais-je rappeler que l’insulte est le dernier refuge de ceux ne possédant aucuns arguments? Madame Ravary n’a pas mentionné dans son texte qu’elle n’a jamais répondu à un seul des points que j’ai présentés, préférant rétorquer avec des attaques et en me bloquant de son compte. Elle ne mentionne pas non plus qu’immédiatement après m’avoir bloqué sur Facebook suite aux arguments que je lui ai offerts, elle a tweeté le compte du SPVM pour les aviser que je « défends indirectement mais clairement les violeurs » et pour leur demander si ça intéresse la police. [6]

Je ne cautionne pas les actes des agresseurs sexuels et je ne les défends pas non plus. Une agression sexuelle est un acte dégoûtant et n’a jamais de justification. Mais en enseignant à nos filles que leur comportement et habillement n’ont absolument aucun impact sur la probabilité statistique d’être victime d’une agression sexuelle, on accentue le problème. On dit que c’est la responsabilité de l’agresseur de ne pas passer à l’acte. Je suis parfaitement d’accord, mais il est aussi de la responsabilité de tous et chacun de ne pas s’exposer à être une victime en ayant les comportements appropriés. Si vous vous promenez dans une ruelle sombre à 2h du matin, vos chances d’être victime d’une agression quelconque augmentent en flèche.  Si vous vous trouvez accidentellement en plein territoire de gang de rue et que portez un chandail bleu dans un coin contrôlé par les rouges, c’est la même chose. Si vous êtes une femme et que vous êtes habillée « sexy », vous allez attirer les regards et les touchers des hommes et vous augmentez le risque d’attirer l’attention d’un agresseur sexuel…c’est simplement une question de gros bon sens.

Donc, Mesdames Ravary et McQuade, la communication non-verbale existe et influence le comportement d’autrui, malgré votre souhait que ce ne devrait pas être le cas. Mais vous devriez aussi savoir qu’entre ce qui devrait être et ce qui est, il y a un monde de différences…

[1] http://www.radio-canada.ca/nouvelles/arts_et_spectacles/2013/07/26/001-fournier-mcquade-jdm.shtml

[2] https://www.facebook.com/PenelopePageOfficielle

[3] http://blogues.journaldemontreal.com/liseravary/actualites/chere-penelope/

[4] http://www.la-communication-non-verbale.com/2013/02/le-verbal-le-para-verbal-et-le-non.html

[5] http://www.epjournal.net/wp-content/uploads/EP10782801.pdf

[6] http://picpaste.com/pics/240d06437e7d5eb8c00aed2735c82f9e.1375614881.PNG

 

FLASHBACK: Commission Charbonneau – du pain et des jeux?

Voici un article que j’ai écrit pour le Prince Arthur il y a un an.  Publié le 30 septembre 2011.

Je dois noter que je suis toujours en accord avec ce que j’ai écrit dans ce texte.

En passant, si les gens du PAH (je sais que quelques uns d’entres-vous visitez ce site!) sont toujours intéressés envers mes textes, je serais prêt à recommencer à y contribuer!

Voici donc le texte en question:

****

J’ai toujours eu des doutes sur l’efficacité d’une commission d’enquête sur la collusion en construction. Depuis que cette histoire est devenue publique, je suis incapable de décider si je voudrais voir une commission d’enquête publique ou non sur cette affaire.

Mon côté émotionnel désire cette enquête. Je suis curieux et comme bien des gens, j’aimerais voir nos politiciens et les gens impliqués se faire marteler par un juge, devant les caméras. Je voudrais entendre les explications du Ministère des Transports et des entrepreneurs impliqués. Quand j’y pense, je me dis que la population aurait enfin l’information qu’elle exige depuis si longtemps et que l’on pourrait enfin obtenir justice.

D’un autre côté, la partie rationnelle en moi me dit qu’une commission d’enquête publique serait longue, coûteuse et selon toute vraisemblance, inutile. Si l’on observe ce qui s’est déroulé lors des dernières enquêtes publiques, tel la Commission Bastarache ou la Commission Gomery, était-ce vraiment essentiel? Quels ont été les bénéfices de ces commissions? Outre la déconfiture du Parti Libéral du Canada lors de la Commission Gomery, que j’ai appréciée vu mes préférences personnelles en politique, je ne vois pas de raison qui me permette de dire qu’il fallait que l’on entende cette commission.

Je suis d’avis qu’une commission d’enquête publique permet à la population d’être informée sur des sujets qui impliquent son gouvernement et qu’elle a un rôle à jouer dans notre système. Ce n’est pas le système lui-même que je trouve problématique, mais la façon dont ces commissions sont présentées.

Les chaînes de nouvelles en continu nous présentaient ces commissions comme si elles étaient des téléromans ou des séries de téléréalité. Elles se battaient pour les cotes d’écoute et présentaient des publicités choc qui ressemblaient plus à des bandes-annonces de film qu’à des publicités pour la couverture d’un sujet d’importance. Presque autant de temps était passé à critiquer l’apparence physique et la personnalité du juge, des avocats et des gens présents dans la salle que leurs dires. Ils ont passé des jours à discuter de choses sans importance et à chasser des rumeurs qui seraient inadmissibles en cour. Les gens que l’on soupçonne d’être coupables sont étrangement affligés d’une perte de mémoire sélective…

Bref, nos commissions d’enquête donnent l’impression d’être des spectacles, non pas des exercices sérieux. Les résultats ne sont jamais ceux que la population attendait. Évidemment, je ne rêve pas en couleurs. Penser que l’on va voir les gens impliqués défiler un à un, admettre leurs fautes et demander la clémence du président de la commission relève de la fantaisie, mais si l’on regarde les résultats des poursuites criminelles en relation avec la Commission Gomery, est-ce que le résultat final aurait été bien différent sans l’existence de cette fanfare? Est-ce que la Commission Bastarache a donné quoi que ce soit de concret? Encore mieux, est-ce que la Commission Johnson a produit des changements pour améliorer la sécurité des citoyens sur nos routes alors que 88% rapportent être inquiets de l’état des infrastructures de la région de Montréal? Si l’on observe les résultats, les commissions d’enquête de la dernière décennie ressemblaient plus à une tentative d’offrir « du pain et des jeux »…

Je ne suis pas le plus grand fan de Jean Charest, loin de là, mais je considère tout de même que son argumentaire est correct lorsqu’il refuse d’autoriser une commission, même si je doute de ses intentions. Comme une grande tranche de la population, je pense qu’il cache quelque chose, mais quand je pense aux raisons évoquées plus haut, a-t-on vraiment besoin de cette commission?

S’il y a une chose que je trouve problématique, c’est que l’enquête soit effectuée par la Sûreté du Québec. Selon moi, il y a un conflit d’intérêts. Comment le gouvernement provincial peut–il espérer une évaluation impartiale lorsque le corps de police qui fait enquête est sous la juridiction de ce même gouvernement? S’il doit y avoir enquête policière, je crois qu’il serait juste que la Gendarmerie Royale du Canada s’en occupe. Du moins, cela offrirait une meilleure assurance de l’impartialité du processus.

****

Pour lire l’article original

FFQ, Rona Ambrose et Thomas Mulcair…Ironie concernant la motion sur l’avortement défaite hier.

septembre 27, 2012 3 commentaires

Source: Wikipedia

Je dois admettre que je trouve ça un peu ironique.  Hier, la motion portant sur la réouverture du débat sur l’avortement (M312 de Stephen Woodworth) a été défaite aisément, ce qui était très prévisible.  Lors du vote, plusieurs ministres du gouvernement conservateur – incluant la ministre de la condition féminine, Rona Ambrose – ont voté pour cette motion.  En réponse, la Fédération des Femmes du Québec exige la démission de la ministre.

Il me semblait que les groupes féministes, tel la FFQ, militaient pour le libre-choix des femmes dans ce débat.  Pourtant, ici, nous avons une femme qui considère que le débat devrait être réouvert, donc qui exerce son libre-choix.  Mais ce choix ne semble pas plaire à la FFQ.  Comment est-ce qu’une femme pourrait s’opposer au statu quo – c’est à dire, l’avortement à volonté payé par l’État?

Est-ce que ces groupes sont vraiment « pro-choix », tel qu’ils l’annoncent?  Cette citation de la présidente de la FFQ, Alexa Conradi, en dit long:

« [La ministre] a de toute évidence refusé de défendre un droit fondamental des femmes, et à cet égard-là, elle n’est pas compétente pour assumer son rôle »

Un Droit fondamental?  Quand je regarde la Charte des Droits et Libertés, qui liste les « Droits fondamentaux », je ne vois pas un article qui dit:  « Toute femme désirant terminer sa grossesse avant terme est autorisée à le faire »

J’ai beaucoup plus l’impression que la FFQ est intéressée de défendre le droit inconditionnel de commettre le meurtre de son enfant à naître que de laisser le choix aux femmes de décider comme elles veulent.  Peut-être que madame Ambrose est en faveur de l’avortement, mais aimerait qu’il soit balisé, étant donné l’absence de toute législation entourant l’avortement au Canada, ce qui expliquerait son vote en faveur de cette motion.

Nous ne le savons pas et la FFQ non plus.  Ce n’est pas important pour les féma-fascistes de la Fédération des Femmes du Québec.  Ce qui importe c’est que la ministre a osé contredire le dogme féministe et elle doit en payer le prix.

***

D’un autre côté, nous avons le chef de l’Opposition Officielle – Thomas Mulcair, qui s’insurge que le Premier Ministre ait permis « à huit ministres et deux secrétaires parlementaires de voter pour », alors que le PM lui-même ait voté contre la motion.  Le NPD a même critiqué le fait que le gouvernement permettait un vote libre sur la question.  Encore une fois, j’apprécie l’ironie de la chose…  Le Nouveau Parti Démocratique qui s’insurge parce que le gouvernement permet un vote libre – la plus grande expression de démocratie (!) que la Chambre des Communes possède…

L’abbé Raymond Gravel blâme la droite pour le meurtre du Métropolis

septembre 10, 2012 2 commentaires

Plus tôt cet après-midi, le Réseau De l’Information de Radio-Canada (RDI), diffusait les funérailles officielles de la victime de l’attentat du Métropolis, Denis Blanchette.  Pour l’occasion, RDI a cru bon d’inviter l’ex-député bloquiste Raymond Gravel – qui, par pure coincidence, était également curé de l’église de La Plaine, municipalité ou j’ai grandi.

On a demandé à M. Gravel ce qui pouvait pousser des gens à commettre de tels crimes.  Raymond Gravel a répondu ceci:

Raymond Gravel: « […]J’comprends pas que quelqu’un puisse avoir une réaction comme celle-là, de vouloir la tuer parce qu’elle a été élue Première Ministre, tsé c’est incroyable. J’comprends là, que le gars est désaxé, mais en même temps , j’trouve que l’élément déclencheur n’aurait même pas lieu…lieu d’être là, bon. »

Michel Viens: « Mais est-ce qu’on pourra revenir en arrière, selon vous? Est-ce qu’on pourra faire en sorte qu’un jour on se sente davantage en sécurité qu’on ne le sente actuellement, là?.

RG: « Ben j’aimerais ça. Moi j’aimerais ça, mais faudrait p’t’être pas que…la Droite…c’est la Droite qui est très…très drastique parfois…pis euh…qui provoque des évènements comme ceux-là »

Après avoir été informé de cette citation absurde, je suis allé voir mon compte Twitter.  Par pur hasard, je suis tombé sur ce tweet d’Influence Communications:

Vous pouvez imaginer que je suis tombé en bas de ma chaise en lisant ceci quelques instants après avoir appris ce que l’abbé Gravel venait de dire…  Mais ça fait longtemps que je suis le travail d’Influence Communications et j’apprécie beaucoup leur travail d’analyse médiatique.  J’ai donc décidé de les aviser en répondant à leur « tweet ».  Voici ce qu’on m’a répondu:

Moins d’une heure plus tard, ils ont trouvé et posté le clip sur Youtube, le liant à leur compte facebook:

Ça fait du bien de gagner une fois de temps en temps!

P.S:  Merci à Arielle Grenier, qui a posté les dires de M. Gravel sur facebook!

P.P.S: Merci aussi à Jeff Plante qui a posté ces dires en premier.

Mésinformation Radiocanadienne (2)

Voici un autre exemple classique de mésinformation Radiocanadienne…  L’article n’est pas mensonger, mais un tableau, présenté dans cet article, contient de l’information clairement inexacte.

 

Dans ce tableau, qui parle du taux de taxation sur la consommation, le Québec y est représenté avec un taux de 14.5%, sous celui de la Nouvelle-Écosse qui est de 15%.

Ce tableau tente de faire croire qu’il y a 5% de TPS et 9.5% de TVQ sur le sous-total avant taxes, alors que la TVQ est ajoutée suite à la facturation de la TPS. La TVQ taxe donc la TPS.

Si je prends un montant de 100$ et que j’ajoute la TPS de 5%, on a 105$.

Si j’ajoute la TVQ de 9.5% à ce 105$. ça donne un montant de 114.98$ (114.975 arrondi). Le taux de la taxe sur la consommation au Québec n’est donc pas de 14.5%, mais de 14.975%

Ce n’est pas un scandale monstre, mais je pensais que ça valait la peine d’être mentionné.

Cliquez ici pour l’article en question

Mésinformation Radiocanadienne…

ImageRadio-Canada a posté un article aujourd’hui disant que les changements climatiques étaient prouvés par les faits.

Étant un sceptique, j’ai évidemment eu des doutes sur la véracité de cette affirmation.  En lisant l’article, je découvre qu’ils citent une nouvelle « étude » de James Hansen, un des grands gurus de l’Église Réchauffiste.  Évidemment, j’ai commencé à chercher pour d’autres sources qui parle de la même information.

J’ai trouvé un autre article qui traite de ce sujet, celui-ci dans le New York Times.
Miraculeusement, la version du NYT est moins biaisée que celle de Radio-Canada que j’ai posté un peu plus tôt.  Honnêtement j’ai été très surpris, mais la fin de l’article est éloquente.  L’étude de Hansen n’est pas considérée sérieuse par certains de ses pairs.

« But some other scientists described the Hansen paper as a muddle. Claudia Tebaldi, a scientist with an organization called Climate Central that seeks to make climate research accessible to the public, said she felt that the paper was on solid ground in asserting a greater overall likelihood of heat waves as a consequence of global warming, but that the finding was not new. The paper’s attribution of specific heat waves to climate change was not backed by persuasive evidence, she said.

Martin P. Hoerling, a researcher with the National Oceanic and Atmospheric Administration who studies the causes of weather extremes, said he shared Dr. Hansen’s general concern about global warming. But he has in the past criticized Dr. Hansen for, in his view, exaggerating the connection between global warming and specific weather extremes. In an interview, he said he felt that Dr. Hansen had done so again.

Dr. Hoerling has published research suggesting that the 2010 Russian heat wave was largely a consequence of natural climate variability, and a forthcoming study he carried out on the Texas drought of 2011 also says natural factors were the main cause.

Dr. Hoerling contended that Dr. Hansen’s new paper confuses drought, caused primarily by a lack of rainfall, with heat waves.

“This isn’t a serious science paper,” Dr. Hoerling said. “It’s mainly about perception, as indicated by the paper’s title. Perception is not a science.” »

Pourquoi est-ce que Radio-Canada omet d’inclure cette information dans son article?

Encore une fois, je dois porter plainte chez Radio-Canada pour avoir publié un article clairement biaisé et qui omettait de l’information cruciale dans le but de promouvoir leur agenda Réchauffiste.

Pour lire l’article de Radio-Canada, cliquez ici

Pour l’article du New York Times, cliquez ici

%d blogueurs aiment cette page :