Accueil > Féminisme, Journal de Montréal, Médias de Masse, Radio-Canada, Responsabilité, Zone Politiquement Incorrecte > Communication non-verbale: Quand les féministes ignorent son existence,

Communication non-verbale: Quand les féministes ignorent son existence,

Le tableau de Mehrabian

Le tableau de Mehrabian

La semaine dernière, un mini scandale a eu lieu quand Guy Fournier, ancien patron de Radio-Canada, a commenté une entrevue qui avait eu lieu la veille, lors de laquelle Jean-François Mercier a mis la main sur le genou de Pénélope McQuade à deux reprises. Lors de la 2e instance, Madame McQuade a clairement averti Jean-François Mercier que c’était la deuxième fois qu’il la touchait. Suite à cette entrevue, qu’apparemment il n’a pas vue mais qu’il a décidé de commenter, voici ce que M. Fournier a dit [1] :

« Pénélope n’est jamais vêtue comme une religieuse.  […]  Malgré le généreux étalage qu’elles font de leurs charmes, particulièrement l’été, la plupart des jeunes femmes d’aujourd’hui s’insurgent ou s’indignent dès qu’on les remarque ou que les regards masculins se font plus insistants.»

« Pour qui donc ces femmes déploient-elles tous leurs atours? Pour elles-mêmes? Ça m’étonnerait… Sûrement pas pour attirer l’attention des autres femmes, qui sont en général très critiques et très avares de compliments les unes envers les autres. C’est donc pour se faire remarquer des hommes, ce qui est tout à fait en accord avec la génétique de l’espèce. Mais pourquoi jouer les offensées dès que l’homme mord à l’appât, dès qu’il ose un œil plus curieux ou risque un compliment, si maladroit soit-il? »

Je ne veux donc pas commenter l’évènement en tant que tel, mais plutôt la réaction subséquente, qui est vastement plus intéressante.

Pénélope McQuade a répondu à ces propos sur sa page Facebook [2], qui ensuite ont été repris dans quelques médias, incluant Radio-Canada.  Parmi ses propos, elle disait que :

« Que mes jambes aient été dénudées, soit, qu’elles établissent un lien direct de cause à effet… Quessé ça ?! Et c’est là que ça devient dangereux. Non monsieur Fournier, des jambes dénudées ne donnent pas le droit de les tripoter. Non monsieur Fournier, un décolleté ne donne pas non plus le droit d’y plonger. Non monsieur Fournier, une femme peu vêtue, selon vos critères, ne contribue EN RIEN aux comportements d’autrui, comportements déplacés, vulgaires, violents, voire criminels d’individus qui ne peuvent gérer ce qui leur appartient de gérer. Non monsieur Fournier. »

Le lendemain, 26 juillet, Lise Ravary, dans son blogue du Journal de Montréal, a sauté aux barricades en écrivant un texte dédié à Pénélope McQuade, pour critiquer les « propos rétrogrades » de Guy Fournier. En même temps, elle y est allée d’une salve envers moi-même, en mentionnant une conversation Facebook que j’ai eue sur son mur le 22 juillet [3]:

« La semaine dernière, en réaction à un de mes blogues, un jeune zouf a publié un long commentaire à l’effet que le viol est inacceptable, dégueulasse, oui, mais que les femmes n’aident pas leur cause en exhibant plus de peau que de vêtements, que l’habillement est un facteur aggravant qui attire le violeur, que le comportement des victimes contribue à ce qu’elles soient choisies comme cibles, et j’en passe de meilleures. »

Communication non-verbale

Pourtant, tout ce que j’ai fait était de rappeler que la communication non-verbale a son importance. J’admets avoir été un peu direct dans mes commentaires, mais n’empêche que tout ce que j’ai dit est basé sur des faits prouvés.

En quoi est-ce que les propos de Guy Fournier sont-ils rétrogrades et sexistes? Évidemment, ce n’est pas « politiquement correct », mais il en demeure que ce qu’il disait est quand même véridique.  Quiconque avec une connaissance élémentaire de la psychologie évolutionnaire peut facilement démontrer que c’est le cas.

En premier lieu, il semblerait que Mesdames Ravary et McQuade, comme toutes les féministes militantes, semblent ignorer l’existence de la communication non-verbale. Si l’habillement d’une femme n’a aucune influence sur le comportement d’autrui, tel que ces dames s’évertuent à nous faire croire comme étant l’évidence-même, je devrais donc pouvoir me présenter à une entrevue pour un emploi de bureau habillé en jeans troués et avec un t-shirt tout crotté.  Selon l’argument des féministes (qui est également véhiculé dans nos médias de masse), la personne qui effectue l’entrevue ne devrait rien interpréter de cet habillement lors de son évaluation finale et donc, traiter cette candidature au même niveau qu’une autre où le candidat s’est présenté en tenue de ville.

Prenons un exemple plus extrême; dans le cas où je décide de me présenter aux festivités de la Saint Jean-Baptiste costumé en Capitaine Canada, l’argumentation de mesdames McQuade et Ravary suppose qu’il n’y a aucune chance que mon habillement accentue le risque que je sois victime d’une agression physique.

Comme vous pouvez voir, quelques petites analogies bien simples permettent de démontrer que cette opinion n’a absolument aucune validité dans le monde réel. Le langage non-verbal, dont l’habillement fait partie, communique beaucoup plus que le parlé, ou même les intonations que l’on emploie. Malgré que les études de Mehrabian [4] (voir l’image attachée à ce billet) sur les trois types de langage ne soient pas une représentation fidèle de l’importance de chacune des trois formes de communication, il en demeure évident que le non-verbal est très important et supplante le langage verbal lors d’une interaction entre individus.

Une étude en psychologie évolutionnaire, intitulée « Appearance and success », fait mention du même lien entre les vêtements et le comportement d’autrui, tout en citant une multitude d’études qui ont démontré que c’est effectivement le cas dans plusieurs sphères d’activité [5]. Par exemple, il a été démontré que le rouge et le noir peuvent accentuer l’attirance sexuelle, en influençant le comportement de celui qui le porte et de ceux qui le voient. Aussi, l’attraction féminine envers les hommes vêtus de rouge est liée à la perception d’un statut social élevé.

Donc on sait que la couleur et le style vestimentaire influencent le comportement des autres, mais si l’on écoute le dogme féministe que nos médias tentent de faire passer pour la réalité, il faudrait y inclure une seule exception dans le cas de l’habillement des femmes. Pourquoi est-ce que la communication non-verbale ne s’appliquerait pas dans le cas d’une femme qui s’habille de manière suggestive, par exemple en portant une robe noire qui descend à mi-cuisse, sans manches, avec un décolleté qui va jusqu’au plexus solaire?

Évidemment, comme Lise Ravary, plusieurs féministes vont critiquer ce texte, en me traitant de « zouf », ou en faisant usage d’épithètes plus insultantes, parce que j’ose défier le dogme établi. Devrais-je rappeler que l’insulte est le dernier refuge de ceux ne possédant aucuns arguments? Madame Ravary n’a pas mentionné dans son texte qu’elle n’a jamais répondu à un seul des points que j’ai présentés, préférant rétorquer avec des attaques et en me bloquant de son compte. Elle ne mentionne pas non plus qu’immédiatement après m’avoir bloqué sur Facebook suite aux arguments que je lui ai offerts, elle a tweeté le compte du SPVM pour les aviser que je « défends indirectement mais clairement les violeurs » et pour leur demander si ça intéresse la police. [6]

Je ne cautionne pas les actes des agresseurs sexuels et je ne les défends pas non plus. Une agression sexuelle est un acte dégoûtant et n’a jamais de justification. Mais en enseignant à nos filles que leur comportement et habillement n’ont absolument aucun impact sur la probabilité statistique d’être victime d’une agression sexuelle, on accentue le problème. On dit que c’est la responsabilité de l’agresseur de ne pas passer à l’acte. Je suis parfaitement d’accord, mais il est aussi de la responsabilité de tous et chacun de ne pas s’exposer à être une victime en ayant les comportements appropriés. Si vous vous promenez dans une ruelle sombre à 2h du matin, vos chances d’être victime d’une agression quelconque augmentent en flèche.  Si vous vous trouvez accidentellement en plein territoire de gang de rue et que portez un chandail bleu dans un coin contrôlé par les rouges, c’est la même chose. Si vous êtes une femme et que vous êtes habillée « sexy », vous allez attirer les regards et les touchers des hommes et vous augmentez le risque d’attirer l’attention d’un agresseur sexuel…c’est simplement une question de gros bon sens.

Donc, Mesdames Ravary et McQuade, la communication non-verbale existe et influence le comportement d’autrui, malgré votre souhait que ce ne devrait pas être le cas. Mais vous devriez aussi savoir qu’entre ce qui devrait être et ce qui est, il y a un monde de différences…

[1] http://www.radio-canada.ca/nouvelles/arts_et_spectacles/2013/07/26/001-fournier-mcquade-jdm.shtml

[2] https://www.facebook.com/PenelopePageOfficielle

[3] http://blogues.journaldemontreal.com/liseravary/actualites/chere-penelope/

[4] http://www.la-communication-non-verbale.com/2013/02/le-verbal-le-para-verbal-et-le-non.html

[5] http://www.epjournal.net/wp-content/uploads/EP10782801.pdf

[6] http://picpaste.com/pics/240d06437e7d5eb8c00aed2735c82f9e.1375614881.PNG

 

  1. août 6, 2013 à 19:41

    Alors les femmes devraient porter la burqua…

    • août 6, 2013 à 20:31

      Pas du tout. Entre être presque nue et porter une burqa, ya un juste milieu…

  2. serge
    août 7, 2013 à 02:54

    Je suis d’accord avec tes commentaires François. Je pense néanmoins que le type n’avait pas d’affaire à touché le genou à deux reprises de Pénélope. D’autant plus que tout l’monde sait qu’elle n’est pas aux hommes. Serge

  1. No trackbacks yet.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :