Archive

Archive for décembre 2012

2012 in review

décembre 31, 2012 Laisser un commentaire

The WordPress.com stats helper monkeys prepared a 2012 annual report for this blog.

Here’s an excerpt:

600 people reached the top of Mt. Everest in 2012. This blog got about 5,300 views in 2012. If every person who reached the top of Mt. Everest viewed this blog, it would have taken 9 years to get that many views.

Click here to see the complete report.

Publicités
Catégories :Politique

De retour après la pause…

décembre 16, 2012 Laisser un commentaire

Suite à certains évènements récents, j’ai pris la décision de prendre une pause pour le reste de l’année,

En plus de mon déménagement d’ici quelques semaines, certaines nouvelles familiales ont frappé récemment (je vous épargne les détails) et m’ont profondément affecté.  Je n’ai pas la tête à écrire du tout et donc, au lieu de me forcer à produire des textes alors que je manque d’inspiration, je préfère prendre ma « pause du temps des fêtes » tout de suite et revenir au début de la nouvelle année.

Merci de votre visite depuis les derniers mois.  Je reviendrai encore plus fort en 2013!

Catégories :Politique

Mes excuses, chers lecteurs…

décembre 12, 2012 Laisser un commentaire

…Mon nouvel emploi prend une quantité phénoménale de mon temps et je n’ai pas pu terminer ma 2e partie de mon analyse sur le projet de loi 14, ni écrire d’autres textes sur l’actualité.

Donc, au lieu de poster en début de semaine comme je l’ai fait depuis les derniers mois, je vais poster soit le samedi ou le dimanche.  J’ai l’intention de faire du rattrapage en fin de semaine, donc attendez-vous à cette fameuse 2e partie et d’autres billets qui traiteront d’actualité et de politique.

Encore une fois, mes excuses de ne rien avoir écrit depuis la semaine passée.  On remet ça à samedi!

Catégories :Politique Étiquettes :

« […]ce à quoi on assiste depuis l’élection est la conséquente directe d’un style de management – le mot « gouvernance » est trop généreux – de type travailleuse sociale. »

Je n’aurais pas pu dire mieux!

Le blogue de Joanne Marcotte

MaroisOups« J’étais convaincue mais j’ai entendu ». Convaincue que le cadeau d’un poste dans la haute fonction publique pour André Boisclair était justifié. Après avoir annoncé qu’elle avait fait erreur, la première Première ministre disait candidement aux journalistes qu’elle s’attendait à se faire dire « C’est formidable! Vous êtes capable d’écouter les gens. »

Ce serait à mon avis, trop généreux, j’en ai peur. Car au lieu d’admettre qu’il s’agissait là d’un précédent absolument injustifiable, injustifiable au point que son propre camp souverainiste le dénonce, elle couvre son manque de jugement en se déresponsabilisant elle-même de la décision de réintégrer éventuellement André Boisclair dans la haute fonction publique.

View original post 257 mots de plus

Catégories :Politique

Analyse du projet de loi 14: 1ère partie.

décembre 6, 2012 4 commentaires

charte-frInitialement, je voulais écrire sur les nominations d’André Boisclair, mais en commençant mon texte, j’ai remarqué que la ministre Diane De Courcy avait déposé son projet de loi pour modifier la Charte de la langue française, communément appelée « Loi 101 ».

Étant de ceux qui s’opposent à la Loi 101, que je considère anticonstitutionnelle dû à la discrimination systématique envers les anglophones qu’elle profère, j’ai donc décidé de laisser tout tomber et d’analyser le contenu de ce projet de loi.

Au lieu de simplement parler des articles que nos médias mentionnent, tel les changements concernant les exemptions selon le nombre d’employés, j’ai décidé de lire le document, article par article, pour en connaître le contenu.  Quand nos médias disent que le PQ a mis la pédale douce, c’est soit parce qu’ils n’ont pas lu le document ou parce qu’ils militent activement pour que ces réformes soient acceptées par les électeurs.

Avant toute chose, cliquez sur ce lien pour obtenir le document déposé par Mme. De Courcy

Je vous conseille également de cliquer ici pour comparer les changements et additions avec celui de la Loi 101, que ce projet de loi veut modifier.

Je n’ai pas eu à me rendre bien loin avant de trouver la première instance de discrimination.

L’article 2 du projet de loi 14 fait un ajout à l’article 1 de la Loi 101.

Voici l’article 1 de la loi 101:

1. Le français est la langue officielle du Québec.

Je n’ai absolument rien contre cet article en tant que tel.  Il est clair, précis et informe tout le monde que la langue officielle de la province, c’est le français.

Voici le contenu de l’article 2 de ce projet de loi:

2. L’article 1 de cette Charte est modifié par l’addition, à la fin, de l’alinéa
suivant :
« Il constitue le fondement de l’identité québécoise et d’une culture distincte,
ouverte sur le monde. ».

Donc cette modification offre le résultat suivant:

1. Le français est la langue officielle du Québec.   Il constitue le fondement de l’identité québécoise et d’une culture distincte,
ouverte sur le monde.

Sous cette nouvelle formule, non seulement le français est-il la langue officielle, mais elle « constitue le fondement de l’identité québécoise »  La seule interprétation que je peux faire ici est de me dire que quelqu’un qui vit au Québec mais qui ne parle pas français n’est pas un québécois.  Je ne vois pas comment on peut interpréter d’une autre façon.  Si le fondement de l’identité québécoise est la langue française, ça ne laisse pas beaucoup de place pour les anglophones et les immigrants qui arrivent ici sans connaître la langue officielle du Québec.

Les séparatistes font souvent usage du terme « Nous » pour parler des Québécois.  Ce « Nous », selon eux, est inclusif, mais le simple fait d’utiliser le terme « Nous » fait la démonstration d’une dichotomie.  S’il y a un « Nous », c’est qu’il y a un « Eux ».  Cette modification de l’article 1 dit donc clairement que « Nous », ce sont les francophones et « Eux », ce sont les autres.  On est loin de l’affirmation de René Lévesque qu’un Québécois, c’est quelqu’un qui vit et paie ses impôts au Québec…

Plusieurs des articles de ce projet de loi ont peu d’impact.  On y spécifie le rôle du ministre (en prenant soin d’ajouter une clause indiquant que tout mandat provenant du gouvernement s’y ajoute.  Évidemment, qui dit modification d’une loi si importante dit augmentation de la taille de l’État, donc quand j’ai lu cet ajout, je n’étais aucunement surpris:

« 1.4. Le gouvernement nomme, conformément à la Loi sur la fonction
publique (chapitre F-3.1.1), un sous-ministre associé responsable de l’application
de la politique linguistique. Celui-ci exerce toute fonction que lui confie le
gouvernement ou le ministre.

Évidemment, pour aider la ministre à effectuer les tâches qu’elle s’est assignée elle-même en modifiant la loi qui gère son propre ministère, elle aura besoin de nommer un sous-ministre associé.

En passant, trouvez-vous ça intéressant de voir que la ministre peut tout redéfinir son rôle et ses tâches elle-même?  Essayez de faire ça au travail:  Allez voir votre patron et dites-lui que vous avez décidé de revoir votre rôle et vos responsabilités au sein de l’entreprise et annoncez-lui qu’un simple vote d’une majorité absolue des employés suffirait pour l’appliquer et qu’il n’a aucun pouvoir décisionnel dans cette réforme.

Vous m’en donnerez des nouvelles!

Le document reste relativement bénin jusqu’à l’article 19 du projet de Mme. De Courcy, qui réécrit les articles 41 à 50 de la Loi 101.

Selon la Loi 101, l’article 41 dit:

41. L’employeur rédige dans la langue officielle les communications qu’il adresse à son personnel. Il rédige et publie en français les offres d’emploi ou de promotion.

Voici la modification de cet article par le projet de Loi 14:

« 41. En vue d’assurer le respect du droit du travailleur prévu à l’article 4,
l’employeur :
1° utilise le français dans les communications écrites qu’il adresse à son
personnel;
2° publie en français les offres d’emploi ou de promotion;
12
3° rend disponibles en français ses formulaires de demande d’emploi;
4° signe en français les contrats de travail, à moins qu’ils ne soient rédigés
dans une autre langue à la volonté expresse des parties;
5° rend disponibles en français le règlement intérieur et tout document
énonçant les droits et obligations du travailleur, ainsi que les instructions
obligatoires pour l’exécution de son travail, notamment en matière d’hygiène
ou de sécurité.

Donc on ajoute 3 dispositions à l’article en question.  Initialement, on obligeait les employeurs de publier leurs communications officielles en français ainsi que les offres d’emploi.  Les ajouts que cette modification offre sont carrément inutiles.

Pourquoi une obligation d’offrir un formulaire de demande d’emploi en français?  C’est un peu stupide d’imaginer qu’une compagnie qui affiche un poste en français n’offrirait qu’un formulaire unilingue anglais!  C’est une question de gros bon sens.  J’essaie également de comprendre comment quelqu’un peut signer dans une langue ou une autre.  Est-ce que cet article m’obligerait à inscrire les accents aigus sur les « e » de mon prénom quand je signe un contrat de travail?  Finalement, le 5e alinéa est complètement redondant.  Si les communications officielles doivent être en français, ça inclut : « le règlement intérieur et tout document énonçant les droits et obligations du travailleur, ainsi que les instructions obligatoires pour l’exécution de son travail, notamment en matière d’hygiène ou de sécurité. »  Donc pourquoi le mentionner spécifiquement?

Je continuerai de décortiquer ce projet de loi dans mon prochain billet!

%d blogueurs aiment cette page :