Archive

Archive for juillet 2011

La Dette Américaine – réfutation

Suite à la publication de ma 2e lettre à Normand Lester, j’ai reçu plusieurs commentaires sur les différentes pages Facebook ou je l’ai posté.   Je m’attendais particulièrement à voir des réfutations sur la page d’Éric Duhaime, et comme j’avais prévu, c’est ce qui est arrivé.

Pour voir le fil de discussion, cliquez ici:

http://www.facebook.com/eduhaime/posts/253604851335810?notif_t=like

(une image sera mise à votre disposition plus tard aujourd’hui pour faciliter l’accès à l’information et vous évitera un clic inutile.  Évidemment si vous n’êtes pas ami avec Éric Duhaime, vous n’aurez probablement pas accès, donc envoyez-lui une demande!)

Je vais devoir corriger plusieurs faussetés que vous avez récité dans vos messages…

« Le tea party refuse toute augmentation de taxe »

Faux.  Certain membres ont approuvé le projet de loi de Boehner qui proposait certaines augmentations, incluant Alan West.   Seuls 22 des 60 des « caucus » du « Tea Party » ont voté contre, donc moins de 50%…mais ils refusent des augmentations de taxes même quand au dessus de 75% de ce caucus supporte un projet de loi qui les augmentent…pas fort votre affaire.

« Un budget balancé n’exclut pas une augmentation de taxe »

Je suis en parfait accord.  Le plan Cut Cap & Balance prévoyait des augmentations de revenus (donc taxes) mais aussi des coupures égales sur les dépenses.

« Ce qui est bon pour Harper devrait être aussi bon pour Obama: si l’opposition est responsable de la chute du gouvernement canadien, elle devrait aussi être responsable des échecs des négociations sur le plafond de la dette… »

Donc les Républicains devraient être responsable du fait que les Démocrates n’ont pas présenté de budget depuis plus de 800 jours?  Même après avoir eux-même présenté un budget que les Démocrates ont rejeté du revers de la main?

Aussi vous oubliez qu’une République, tel celle des USA, est très différente de notre propre Monarchie Constitutionnelle.

Le Législatif, c’est le Congrès.  à l’intérieur du Congrès, il y a deux chambres.  Le Sénat est la chambre qui est constitutionnellement mandatée de produire un budget.  Donc même si la Présidence et la Chambre des Représentants est contrôlée par un parti X et que le parti Y n’a que le Sénat sous son contrôle, c’est le parti Y qui doit proposer un budget, qui devra être accepté dans la Chambre des Représentants, et finalement signée par le Président.

« Proposer quelque chose d’irréaliste n’est pas un signe très puissant de coopération de la part des républicains, faut pas blâmer les autres de dire non. »

Au lieu de simplement refuser d’emblée de débattre du plan (tel que celui de Boehner qui a été « tabletté » sans même être lu par le Sénat), pourquoi n’ont ils simplement pas débattu et renvoyé le projet de loi en Chambre pour être revisé?  Non, ils l’ont tabletté et ensuite ont envoyé un nouveau projet, très similaire à celui de Boehner mais avec plus d’argent demandé, à la Chambre.  Pourquoi?  Pour pouvoir dire que ce sont les Républicains qui auraient refusé le projet de loi de dernière chance?  Évidemment les Démocrates ne diraient pas trop fort qu’il s’agit de la SEULE proposition qu’ils ont envoyée lors de tout ce débat, alors qu’ils ont simplement scandé « NON! » à tout ce que les Républicains proposaient.

Et pourquoi est-ce que le Plan Ryan ou Cut Cap & Balance étaient si irréalistes qu’ils ne pouvaient même pas être débattus?  Je connais les spécificités de ces plans, j’ai lu les projets de loi…  Il n’y a rien de totalement irréaliste dedans, surtout le Plan Ryan qui n’attaquait aucunement les gens de 55 ans et plus concernant sa restructuration de Medicare, malgré ce que les Démocrates pouvaient dire.
« Votre exposé ne prouve qu’une seules chose: que la dichotomie gauche droite nous, et spécialement les américains, empêche d’avancer depuis trop longtemps, que lorsque la partisanerie s’exulte au détriment de l’Éthique, l’humanité ne s’en retrouve que perdante et ralentie. Tous ceux qui alimente cette dichotomie devraient dans un futur malheureusement éloigné être considéré comme des criminels politiques. »

Donc que proposez-vous?  Que la droite se couche et laisse la Gauche dépenser jusqu’à la faillite, ou que la Gauche se plie aux demandes de la Droite qui voit le gouffre approcher de plus en plus rapidement?

La Dichotomie Gauche/Droite (ainsi que le spectre Étatisme/Libertarianisme) ne peut être ignorée.  Il y aura toujours des gens qui favorisent l’expansion gouvernementale et l’augmentation de son contrôle sur la vie des gens, tandis que d’autres souhaitent non pas sa disparition, mais du moins de sérieusement couper dans le gras et donc d’éliminer tout ce qui peut être accompli dans le secteur privé, et donc éliminer la dépendance envers l’État.

Ces deux écoles de pensées sont irréconciliables, donc on ne peut les ignorer.

La teneur de votre texte indique, selon mon humble opinion, que vous êtes totalement endoctriné par le message médiatique de masse, qui donne précisément les mêmes arguments que vous pour accuser les Républicains d’empêcher le pays de fonctionner, arguments qui sont aisément réfutables lorsque l’on présente quelques faits.


*** NOTA: Avant que j’aie l’occasion de prendre une image, Il semblerait que la cible de cette réponse ait effacé les commentaires cités ici.  Vous pouvez voir la conversation qui s’en est suivi, mais il n’a jamais répondu à cette réfutation.

 

Publicités
Catégories :Politique

Normand Lester – La Dette Américaine, l’Extrême Droite et ces Républicains Racistes…

juillet 29, 2011 1 commentaire

**Mise en contexte***

Le 29 Juillet 2011, Normand Lester, chroniqueur de politique étrangère à l’émission Montréal Maintenant au 98.5FM, y est allé d’affirmations totalement mensongères, d’omission sélective dans le but de favoriser son agenda…et d’accuser les Républicains de…RACISME!

Si vous me connaissez, je n’ai pu résister de lui démontrer comment il est simple de démolir son argumentation.

http://www.985fm.ca/audioplayer.php?mp3=107587

***

M. Lester.

Vous allez peut-être vous souvenir de moi. Je suis cet énergumène qui vous a fait parvenir une lettre de plainte concernant vos omissions et votre mésinformation concernant la flotille de Gaza édition 2011.

Suite à votre reportage à l’émission Montréal Maintenant sur les ondes du 98.5FM du 29 Juillet 2011, Je ne peux m’empêcher de revenir à la charge.

Votre reportage est rempli de demi-vérités et d’omissions volontaires qui servent à supporter votre argumentation, mais vous présentez très peu de faits.

Vous commencez par dire que les négociations pour le plafond de la dette sont bloquées par (citation exacte): “Soixante personnes de l’Extrême Droite du Parti Républicain, des gens qui se sont fait élire, là, sous la rubrique du Tea Party, euh, ils prétendent représenter le peuple mais dans le fond, “y” défendent les intérêts des gens les plus riches des États-Unis”

Je vais peut-être vous apprendre quelque chose, mais les Tea Party ne sont pas des groupes d’Extrême Droite. Il s’agit effectivement d’un mouvement “Grassroots” qui obtient beaucoup de support de la population. Par exemple, lors d’un sondage CNN récent, 66% des gens sondés étaient en faveur du plan “Cut Cap & Balance” des Républicains et 75% étaient en faveur d’un amendement à la Constitution obligeant le fédéral, comme c’est le cas dans bien des états, à présenter un budget balancé et donc sans déficit.

Aussi, le débat n’est pas bloqué à cause des membres du Tea Party, mais plutôt à cause…des Démocrates eux-mêmes!

Pour frapper encore plus sur le clou, vous accusez (via un voile pratiquement invisible) les Républicains de faire ça “étrangement” sous l’administration Obama, en citant les surplus de Clinton et les augmentations de taxes de Reagan.

Vous semblez oublier quelques faits…

  • En 2000, l’année que vous citez. Le Congrès était sous contrôle Républicain dans les 2 chambres. Rappelez vous le “Republican Revolution” de 1994 qui a forcé Clinton à ralentir ses dépenses, qui étaient absolument horribles lors de ses premières années, alors que les Démocrates contrôlaient le Congrès…
  • Lorsque Reagan était Président, les Démocrates contrôlaient les 2 chambres, et Reagan a haussé les impôts sous des promesses, non tenues par les Démocrates, qu’ils allaient baisser les dépenses

Aussi, d’autres faits doivent être mentionnés…

  • En novembre 2006, les Démocrates ont pris le contrôle des 2 Chambres du Congrès.
  • Le Sénat est le corps qui est responsable de présenter un budget.
  • Les Républicains ont pris contrôle de la Chambre des Représentants en 2010
  • Le Sénat, sous contrôle Démocrate, n’a pas présenté de budget depuis plus de 800 jours.
  • Barack Obama a présenté un budget en février. Il a été refusé unanimement au Sénat, donc par les Démocrates.
  • Paul Ryan, des Républicains, a présenté un budget, qui a passé à la Chambre et qui a été refusé immédiatement au Sénat.
  • Les Républicains ont présenté Cut Cap & Balance, et l’ont passé à la Chambre. Les Démocrates de Harry Reid ont tabletté le plan, fermant la porte au débat sur la chose.

Mais évidemment, selon votre interprétation, ce sont les Républicains qui “bloquent” une entente, même s’ils sont les seuls à proposer quelque chose et que les Démocrates disent “Non” en bloc.

Ensuite vous tombez sur les fameuses coupures de l’ère de Bush et votre désir de voir l’annulation de ces coupures, qui ne donneraient rien mis à part empirer le marasme économique actuel. N’oubliez pas que le taux de chômage est au delà du 9% aux USA et que si vous allez chercher de l’argent dans la poche des employeurs, ils seront très probablement plus craintif pour ce qui est d’investir dans du personnel. Les gens qui gagnent plus de 250 000$ par an sont souvent propriétaires d’une petite entreprise, et ce sont donc ces gens qui seraient principalement impactés.

Et finalement, la cerise sur le sundae, étant donné que vous êtes incapable de comprendre que des gens puissent penser autrement que vous, vous revenez à la bonne vieille Carte du Racisme. Pendant plus de 2 minutes, vous attaquez les Tea Party et les Republicains en les traitant de racistes, mais vous ne mentionnez aucune instance de ce présumé racisme, vous en tenant aux acquiescements de Jean Pagé, qui lui, vous croit sur parole car il ne connaît rien à la politique américaine.

Je trouve que Jean Pagé a vraiment laissé tomber la balle en acceptant votre accusation de racisme comme étant factuelle, mais je trouve que vous êtes allé bien trop loin en omettant de présenter plusieurs faits qui expliquent la situation actuelle, vous fiant plutôt à l’ignorance de vos auditeurs pour les endoctriner dans votre philosophie anti-Occidentale et anticapitaliste.

En utilisant la carte du racisme, vous démontrez donc votre inabilité absolue d’argumenter les positions  de vos adversaires, préférant les insulter pour tenter de les discréditer.

Comme plusieurs de vos amis de la Gauche, vous oubliez une chose. L’insulte est le dernier refuge de celui qui ne possède aucun arguments. Insulter le messager ne change en rien le contenu et la validité de son message.

Vous dites que le Déclin des États-Unis est arrivé avec George Bush… Reculez un peu. Je dirais que le déclin à débuté avec Lyndon Baines Johnson, ce véritable raciste qui est reconnu pour avoir fait passer l’acte des droits civils de 1964. LBJ, lui, était raciste, et il a courtisé les noirs pour obtenir leur vote… Il a même été cité à dire “I’ll have them Niggers voting Democratic for the next 100 years!” Oh oui, et il a nommé un membre du KKK à la cour suprême… Il a été un des artisans de la destruction de l’économie américaine avec l’instauration de Medicare et Medicaid, qui maintenant promet des paiements tellements élevés qu’à eux seuls, d’ici 2030, Medicare et Medicaid couteront plus de 1600 milliards pour maintenir le programme en vie, tel qu’il est. À titre de comparaison, les dépenses militaires prévues en 2030 sont de 1000 milliards. Je dirais aussi que Jimmy Carter a sa part de responsabilité avec le Community Reinvestment Act, qui a forcé les banques à prêter à des gens insolvables et qui a permis à des organisations comme ACORN (auquel Obama a été membre, en passant…) d’effectuer des pressions sur les gérants de banque pour autoriser des prêts à des gens de race noire qui n’avaient pas les reins assez solides pour le rembourser, sous menace de les poursuivre pour « Racisme »…

Évidemment je n’irai même pas commenter vos insultes envers Bush, que vous avez traité d’imbécile et de stupide en moins de 15 secondes. Je ne suis pas un fan de l’homme, mais vous ne me verrez pas traiter Obama d’imbécile, surtout pas si j’avais un micro tel que vous l’avez, même si je pense que c’est vrai. Je suis apte à faire la différence entre une opinion et un fait, mais de plus en plus je me demande si vous êtes apte à le faire.

Il ne me reste plus qu’une seule question… Êtes-vous apte à appliquer les concepts de rigueur journalistique à vos chroniques, ou êtes-vous trop imcompétent pour le faire, car rendu à ce point, je pense sérieusement que vous devez être:

  • En quête de manipuler l’opinion publique
  • Imbécile, car n’importe quel bozo qui passe 5 minutes sur Google peut réfuter vos affirmations.

NOTA: Veuillez prendre en note que je soupçonne que vous pourriez être un imbécile, je ne le déclare pas comme un fait indéniable…

Normand Lester – Omission Volontaire?

juillet 29, 2011 2 commentaires

**Mise en contexte***

Le 11 Juillet 2011, Normand Lester, animateur remplaçant Benoît Dutrizac au 98.5FM, a discuté avec Manon Massé, membre de Québec Solidaire, qui était présente sur le « Tahrir », bateau qui formait une partie de la « Flotille de la Liberté » en direction de Gaza. Voici le lien pour vous permettre d’écouter cette entrevue.

http://www.985fm.ca/audioplayer.php?mp3=106120

Ce qui suit est l’intégral d’un courriel que j’ai fait parvenir à M. Lester.

Veuillez noter que j’ai déjà publié ceci sous forme d’article Facebook.  Je décide donc de le republier ici.

*******************************************************

M Lester,

Je voudrais commenter sur votre entrevue que vous venez d’avoir avec Manon Massé, membre de Québec Solidaire.

Madame Massé n’est peut-être pas au courant de quelques faits, mais comme journaliste et animateur de radio, je m’attendais à plus de rigueur de vous, même si vous êtes clairement pro-palestinien.

Madame Massé a utilisé le fait que 9 militants ont été tués lors d’une opération militaire en eaux internationales sur un des bateaux de la flotille de l’an dernier.

Elle oublie de mentionner que lorsque les soldats Israeliens ont embarqué sur un bateau via un hélicoptère, ils ont été attaqués par ces « militants pacifistes » à coup de barre de fer et deux d’entre eux ont été pris en otage.

Les 9 militants ont été tués dans l’opération subséquente pour LIBÉRER les soldats pris en otage.

Si l’on regarde ce vidéo, on peut CLAIREMENT voir les militants utiliser des chaines, bâtons de fer, une grenade étourdissante et autres pour attaquer les soldats qui tentaient de grimper sur le Mavi Marmara l’an dernier…

Ah oui, voici un reportage qui montre un soldat israelien qui se fait POIGNARDER par un « militant pacifiste » turc sur le Mavi Marmara…

Il semblerait que ce soit le Hamas qui empêche la nourriture et médicaments de pénétrer dans la Bande de Gaza…

http://www.pjtv.com/?cmd=mpg&mpid=174&load=3742

Ce qui est dommage est que justement, vous n’avez pas présenté aucune opinion contraire à celle de madame Massé, donc les gens mal informés qui n’iront pas voir plus loin vont la croire sur parole, malgré qu’il soit CLAIR qu’elle ait omis de l’information pour favoriser son agenda…et il semblerait…le vôtre.

Analyse du Manifeste du RRQ

juillet 20, 2011 1 commentaire

Il y a environ une semaine, j’ai eu une conversation avec une personne disant être un des haut-placés du Réseau de Résistance du Québécois.  Après avoir targué ce mouvement (sans savoir qu’il en faisait partie) d’être « rempli de gauchistes radicaux qui cherchent de l’attention en manifestant et en faisant de la casse.. », il a commencé à m’insulter et à me dire que je ne savait rien du mouvement, tout en refusant de répondre à mon accusation, malgré mes multiples tentatives de lui démontrer que de m’insulter ne changeait en rien la validité de mon commentaire.

J’ai donc décidé de confirmer cette impression par moi-même.  Pour ce faire, quoi de mieux que de décortiquer le Manifeste du mouvement, qui indique les piliers qui soutiennent cette organisation.

Le texte original sera laissé comme tel tandis que mes commentaires seront en bleu italique.

***

Manifeste du Réseau de Résistance du Québécois

Comme son nom l’indique, le RRQ est une organisation de résistance qui considère l’indépendance du Québec comme nécessaire à la survie et au développement de la nation québécoise. Il tire son inspiration de toutes les situations de notre histoire où les Québécois se sont dressés avec courage contre les manœuvres d’anéantissement ou d’assimilation de la part du conquérant britannique de 1760 et de ses collabos canadiens-français.

Malgré les dires du RRQ, les « Anglais » n’ont pas tenté d’assimiler le Bas-Canada à la langue et la culture Anglaise au moment de la conquête.  Premièrement, le Traité de Paris de 1763 respecte la capitulation conditionnelle de la Nouvelle-France de 1760 en permettant au peuple de conserver leur religion (les Anglais étant Protestants et les Français, eux, Catholiques).  Le traité permettait aussi aux résidents conquis d’émigrer et donc de retourner en France s’ils le désiraient.  Trouvez-moi un conquérant si magnanime qui non seulement laisse le peuple conserver sa religion – et ce lors d’une période de conflit religieux – mais qui laisse le peuple conquis, qui consiste en une source de revenus via les taxes et la production, fuir le territoire pour retourner vivre dans le pays de leur ennemi historique sans pénalité ni conséquences, mis à part l’abandon de leur terre.

Il est certainement possible que plusieurs aient décidé de rester car ils avaient eux-mêmes quitté la France pour s’éloigner d’un régime tyrannique et donc sont restés sur leur terre en se disant qu’il n’y avait pas grand différence entre un seigneur qui parle français ou un autre qui parle anglais.  Aussi des gens très pauvres étaient potentiellement incapables de ramasser les fonds nécessaires pour retourner en France.  Il est également possible que le clergé ait convaincu une bonne proportion de gens de rester également.  Bref, il y a plusieurs raisons pourquoi un « Néo-Français » serait resté suite à la conquête.

Le RRQ se réclame de l’esprit des Patriotes de 1837 qui ont mené la rébellion contre l’occupant impérial.

Sans vouloir insulter les Patriotes, il y a eu beaucoup de brouhaha de la part des rebelles francophones, mais le RRQ semble oublier la contribution de citoyens anglais lors de cette rébellion, tel que Worfred Nelson.

Il fait sien l’héritage du RIN de Pierre Bourgault et du Parti Québécois de René Lévesque qui ont redéfini les cadres de la lutte nationale en la posant désormais non plus comme une lutte pour la survivance, mais comme une aspiration à l’Indépendance nationale. Le RRQ entend réhabiliter également les combattants du Front de libération du Québec, qui ont été parmi les premiers dans le développement de la pensée québécoise à dénoncer et à affronter le régime d’Ottawa comme étant illégitime, exploiteur et usurpateur.

Je ne suis pas souverainiste, mais je n’ai rien contre une organisation qui prend les philosophies du RIN et du PQ « original » de René Lévesque pour bâtir son idéologie.  Mon gros problème consiste en le désir de « réhabiliter […] les combattants du Front de Libération du Québec »(FLQ).  Ces gens étaient des terroristes qui n’ont pas hésité à recourir à la prise d’otage et à l’assassinat d’un d’eux pour arriver à leurs fins.  Si le RRQ dit qu’il cherche à les « réhabiliter », ils sont donc en accord avec les actions que ce groupe a posé.  Cet aspect, de lui-même, est suffisant pour catégoriser le RRQ d’extrémistes, ou, au minimum, de sympathisants d’un groupe terroriste reconnu.

Le peuple québécois s’est déjà prononcé en faveur de l’indépendance lorsque, en 1995, les Québécois étaient invités par le gouvernement de Jacques Parizeau à voter pour ou contre cette option. La population du Québec a répondu oui à 49,4%, mais les manœuvres illégales du gouvernement fédéral nous autorisent à rejeter la « victoire » du camp du non et à reprendre le processus vers l’indépendance sur de nouvelles bases. En effet, il est maintenant de notoriété publique que le référendum a été volé par le camp fédéraliste grâce à un détournement frauduleux de la loi référendaire québécoise, et ce, effectué non pas par des citoyens, mais par le gouvernement illégitime d’Ottawa. Par des caisses occultes et des moyens semblables à ceux de la Central Intelligence Agency (CIA), il est intervenu de façon illégale à plusieurs niveaux pour faire déraper un processus que les Québécois voulaient éminemment démocratique. Notamment par la naturalisation artificielle, précipitée et massive de nouveaux citoyens canadiens et en favorisant le vote illégal de Canadiens anglais au Québec lors de cette consultation (le vote des étudiants ontariens en résidence à l’Université Bishop est un exemple patent), l’État canadien a détourné le processus démocratique. Soyons clairs : le peuple québécois a dit oui à l’indépendance en 1995.

Évidemment, le RRQ accuse le fédéral d’avoir fait basculer le vote.  Il y a certainement des éléments de vérité dans cette déclaration mais en disant « le peuple québécois a dit oui à l’indépendance en 1995 », ils excluent les 50.6% qui ont dit Non.  Les fraudes tel celles de l’Université Bishop ne suffisent pas pour expliquer la division du peuple québécois lors de ce vote.  Le Oui aurait peut-être gagné en 1995 sans les efforts douteux du Fédéral, mais ce n’aurait pas été un résultat de 70% pour le Oui non plus.  Il y a aussi la question que le RRQ n’aborde pas, qui est de la légitimité d’un vote pour la sécession auquel la moitié de la population s’objecte.

De plus, les Québécois se sont exprimés clairement lors de deux grandes commissions nationales visant à dégager un consensus québécois concernant le statut futur du Québec. D’abord, lors de la Commission Bélanger-Campeau en 1992, ensuite lors des audiences de la Commission sur l’avenir du Québec en 1995. Toutes les composantes les plus représentatives de la nation québécoise se sont alors prononcées en faveur de l’indépendance. Le consensus fut très large et très clair : que ce soient les syndicats, les agriculteurs, les associations féminines, les associations étudiantes, les artistes, les enseignants, presque tout l’ensemble des corps constitués de la nation ont pris partie pour l’indépendance, exception faite du Conseil du patronat et de la bourgeoisie coloniale.

Bref, toutes les organisations de Gauche étaient en faveur, alors que le Conseil du Patronat, représentant de facto de la Droite, était contre.  De plus, l’utilisation du terme « bourgeoisie coloniale » empeste le Marxisme.  Fait intéressant, selon eux les Syndicats, les Groupes Féministes, les Agriculteurs, les Association Étudiantes,  les Enseignants et les Artistes sont « les composantes les plus représentatives de la nation québécoise »  Si j’exclus les agriculteurs (en assumant que par « agriculteurs » le RRQ ne cherchait pas à dire « L’UPA »), tous ces groupes sont majoritairement gauchistes.

Le résultat de 1995, où d’ailleurs plus de 60% de la majorité française historique a voté oui à l’indépendance, doit donc maintenant être considéré comme une volonté manifeste incontournable.

Il semblerait donc que ceux qui disputent cette interprétation sont donc des propagandistes fédéralistes et que les anglophones vivant au Québec ne comptent pas.

Contre ce désir d’indépendance exprimé de nombreuses fois par le peuple québécois, le gouvernement d’Ottawa oppose sa fausse légitimité basée sur une constitution qui n’a jamais été entérinée par le peuple québécois, basée sur un régime qui nous a été imposé par les armes lors de la Conquête de 1760 puis par la répression des Patriotes de 1837-38.

Faux.  Première des choses, le fait que le Québec n’ait pas signé la Constitution n’a aucune importance.  Selon les paramètres de la Constitution, l’accord de 7 provinces, totalisant les 2 tiers de la population canadienne, suffit pour approuver tout changement.  Les 10 provinces étant considérées territoire colonial britannique sous le statut de Westminster à l’époque, le Québec était donc une colonie anglaise avant la ratification du fameux document.  Les 9 autres provinces étaient en accord, donc peu importe ce que Québec dit, la Constitution s’applique et est valide.

Annexés de force en 1840 dans l’Union des deux Canada puis dans la Confédération de 1867 contre l’assentiment populaire, nous regardons le gouvernement d’Ottawa comme étranger à notre vie nationale, impérialiste et colonisateur.

En conséquence, nous considérons que le gouvernement d’Ottawa doit se retirer de toutes les sphères de la vie québécoise le plus rapidement possible. Il doit se retirer de notre territoire et cesser de vouloir représenter notre nation.

Le problème ici est que le RRQ ne reconnaît pas le gouvernement fédéral, tel qu’ils écrivent un peu plus loin.  La Constitution donne le droit à Ottawa de s’ingérer dans certaines des sphères de la vie québécoise, tel qu’énuméré à l’article 91, et les provinces ont leurs pouvoirs, énumérés à l’article 92 et 92A.

L’État Québécois, par son action et la voix de son gouvernement, représente désormais pour nous la seule autorité légitime sur le territoire du Québec.

Mais pourtant, l’État Québécois, de par sa nature provinciale, reconnaît et est assujetti à l’autorité d’Ottawa.  L’État Québécois parle sur les champs de compétence dont ils ont été désignés responsables par la Constitution…  En pis, le gouvernement provincial participe à de multiples programmes de redistribution de richesse, tel que la péréquation.  Si le RRQ refuse réellement de reconnaître l’autorité d’Ottawa, il devrait donc débuter par refuser de reconnaître le gouvernement provincial, tant qu’il  s’accroche à la mamelle du Fédéral.  Il semblerait – selon le RRQ –  qu’il est donc légitime de prendre l’argent des contribuables Canadiens via le gouvernement fédéral, mais lorsqu’il s’agit de reconnaître l’autorité légale de ce même gouvernement, oubliez-ça!

L’État fédéral, résidu de l’empire britannique, n’a plus pour nous aucune légitimité. Notre action désormais ne vise qu’une chose : contrecarrer l’intrusion d’Ottawa dans notre vie nationale et redonner à la nation québécoise, dans le respect des nations amérindiennes, la pleine maîtrise de son destin.

Nous ne reconnaissons donc aucune juridiction d’Ottawa sur le territoire du Québec. Nous ne reconnaissons aucune loi fédérale ni aucune décision de la cour suprême comme applicable sur le territoire québécois, si ce n’est dans un cadre transitoire respectueux de la prépondérance des lois québécoises. Nous ne reconnaissons pas l’armée canadienne comme notre armée.

Voici donc la confirmation de ce que j’écrivais plus haut.  J’aimerais bien savoir quelle était l’opinion du RRQ lors des inondations du Richelieu le printemps passé, alors que tout le monde attendait que l’armée s’y présente.  Se sont-ils réjouit lorsque l’armée à annoncé qu’elle se retirait pour laisser le secteur privé s’occuper du reste alors que les rues étaient encore inondées?

Qu’est-ce que les fondateurs pensent des soldats qui sont venus porter de la nourriture, des couvertures et de l’aide à la reconstruction lors du Grand Verglas de Janvier 1998? 

Aussi, s’ils ne reconnaissent pas le gouvernement fédéral, comment peuvent-ils espérer obtenir ce qu’ils désirent?  Leur but n’est pas de négocier car ils refusent de reconnaître la légitimité d’Ottawa sur le territoire.  Pour débuter une négociation, il faut que les 2 parties reconnaissent que l’autre à droit de parole, ce qui n’est pas le cas du RRQ, qui rejette d’emblée l’autorité du Parlement.
La nécessaire résistance

Bref, le Réseau de Résistance du Québécois est une organisation révolutionnaire qui entend lutter énergiquement pour libérer le territoire du Québec. Car tel est le désir et la volonté d’une majorité des Québécois.

Je présume qu’ici, la statistique de 60% des francophones est ce qui sert pour définir « une majorité des Québécois » et donc exclus tous les anglophones et immigrants.  Ils ne le disent pas, mais donc si les francophones sont ceux que le RRQ considère comme « les québécois » il est donc automatique, même s’ils ne le disent pas, que les non-francophones sont donc des « non-québécois ».  Il s’agit donc de la fameuse tactique du « Nous contre Eux ». 

Notez aussi qu’ils utilisent le terme «révolutionnaire» pour identifier leur mouvement.  Je ne veux pas assumer ou prétendre quoi que ce soit, mais un mouvement qui refuse de discuter car il ne reconnaît pas l’existence de son adversaire(Ottawa) et qui cherche à modifier fondamentalement la structure de l’État Québécois, incluant l’obtention de son indépendance, ne semble ne pas avoir beaucoup d’options mis à part la révolution armée pour arriver à ses fins.
Les militants du RRQ prennent l’engagement solennel d’accomplir cette volonté des Québécois en y investissant toute leur intelligence et cet esprit de sacrifice et d’élévation qu’exige la grande bataille de notre libération. Ils y engageront tout leur être et souderont leur destin à celui de leurs frères et sœurs québécois réunis avec eux pour l’aboutissement de ce dur combat et l’obtention de cette Ô combien nécessaire indépendance.

Pas de commentaires, outre le fait que ce manifeste ne démontre aucunement la nécessité de l’indépendance.

Nous sommes une nation forte qui a déjà prouvé dans l’histoire qu’elle avait tous les atouts d’une puissance agissante.  Réussir ne dépend que de notre capacité à nous mobiliser en refusant toujours de se laisser fallacieusement convaincre par les sirènes de la soumission, en refusant d’abdiquer devant Ottawa. Partout sur la terre, des hommes et des femmes regardent notre révolution, (car l’indépendance en est une), et espèrent notre victoire. Car nous ne nous battons pas que pour nous-mêmes, mais pour une nouvelle humanité, une humanité plus juste et à l’intérieur de laquelle les peuples parviendront à s’émanciper pleinement. Notre indépendance changera la face de l’Amérique et marquera le recul de la Grande alliance anglo-saxonne, elle qui a exploité, au fil des siècles, les humains partout sur la terre. Notre nation libre interviendra enfin dans les affaires du monde avec la sensibilité des peuples opposés aux appétits des grands impérialismes, eux qui ont tant fait couler le sang des peuples qu’ils soumirent. L’Afrique et Haïti ne peuvent qu’espérer notre indépendance. La Palestine nous attend. Les Basques nous observent. Le Québec libre est l’espoir des peuples enchaînés.

Comparer le Québec avec les pays africains et Haiti est une insulte incommensurable envers Ottawa et Québec.  Il y a beau avoir des problèmes au Québec, nous ne sommes pas dirigés par un gouvernement fédéral qui emprisonne, torture et tue ses propres citoyens car ils parlent un peu trop.  Le RRQ omet de mentionner que dans la majorité des dictatures africaines, la liberté d’expression n’existe pas et donc son mouvement ne pourrait exister car les fondateurs seraient exécutés sous des accusations de traîtrise.  Pour ce qui est de la Palestine…et bien il est vrai qu’un mouvement indépendantiste révolutionnaire pourrait être attiré par un autre groupe – L’Organisation de Libération de la Palestine –   qui clame dans leur Charte que (traduction libre) « Le combat armé est le seul moyen de libérer la Palestine.  Il ne s’agit pas d’une phase, mais de la stratégie globale » (Art. 9)

Il est aussi intéressant de noter que tous les pays qu’ils nomment  ont soit obtenu leur indépendance par le sang (Haïti, pays d’Afrique postcoloniale) ou militent violemment pour l’obtenir (Hamas pour la Palestine, ETA pour les Basques).

Le passage sur la « nouvelle humanité » puait tellement le collectivisme que j’en ai eu le réflexe de prendre la main des gens se situant à ma gauche et à ma droite et de chanter « We are the World ».  L’indépendance du Québec mènerait vraisemblablement à une vague de peuples qui se libèrent des chaînes des pouvoirs impérialistes qui les maintiennent sous leur joug.
Pour toutes ces raisons, nous ne nous laisserons plus jamais voler nos victoires et nous ne nous laisserons plus dicter nos actions par les forces de la soumission qui se terrent dans les officines d’Ottawa. Pour nos enfants, mais également pour la mémoire de nos pères et de nos mères, nous combattrons jusqu’à notre dernier souffle. Nous sommes l’Amérique française qui s’extirpe de sa condition de vaincue. Nous sommes le porteur d’eau qui porte désormais son destin de peuple libre! Nous sommes la liberté en marche ! Nous sommes les résistants du Québec libre ! Nous sommes les Fils et Filles de la Liberté! Nous sommes Québec mort ou vivant! Nous sommes Nous! Et qui participe à notre combat, d’où qu’il vienne en ce monde, est notre frère ou sœur!

Notez ici que j’ai fait l’allusion à la philosophie du « Nous contre Eux » tout à l’heure.  Il ne s’agissait pas d’une comparaison boiteuse, car ici-même ils s’identifient comme « Nous sommes Nous » en utilisant même le « N » majuscule.  Il est aussi intéressant que tout au long de ce manifeste, les francophones situés ailleurs au Canada ne sont jamais mentionnés, comme s’ils n’existaient pas.  Ils se concentrent sur le « Québécois », qui est vastement moins opprimé que le franco-saskatchewannais qui ne peut même pas obtenir de service en français de la part des autorités provinciales. 

Est-ce que le membre du RRQ lui dirait de tout simplement d’abandonner ses racines et de déménager au Québec?  Est-ce qu’il le considère comme un frère opprimé ou est-ce qu’il ignore ses revendications pour ne pas avoir l’air de se plaindre la bouche pleine alors qu’il vit dans une province qui garantit le service en français, dont l’affichage est en français et dont l’éducation de ses enfants ne peut être offerte qu’en français dans le service public à moins d’avoir soi-même étudié en anglais?

Désormais et pour toujours nous sommes maîtres chez nous.

Pour la forme, je voudrais juste mentionner qu’il cite ici Jean Lesage, Premier Ministre Libéral…un Fédéraliste Étatiste, avec son « maître chez nous ».
Nous vaincrons, car nous n’avons tout simplement pas le droit de perdre !
Le Réseau de Résistance du Québécois

***

Il semblerait donc que mon impression initiale s’avère vraie.

%d blogueurs aiment cette page :